Menu principal

Le Cégep de Jonquière dépose son mémoire

Le Département de techniques de communication dans les médias en Art et technologie des médias (ATM) du Cégep de Jonquière dépose aujourd’hui un mémoire à la Commission de la culture et de l’éducation portant sur l’avenir des médias d’information. Il souhaite ainsi contribuer à la réflexion collective.


À compter de 9 h 30, Hélène Roberge, directrice adjointe aux études et responsable des programmes en Art et technologie des médias, Blaise Gagnon, enseignant et responsable de la coordination départementale et Éric Arsenault, enseignant, seront devant la Commission pour insister sur le fait que le gouvernement doit intervenir afin de conserver une information régionale de qualité.


« Les défis sont de taille pour assurer un avenir de qualité aux médias régionaux et nationaux. Ceux-ci doivent emprunter la voie de la transformation numérique. Il en va de la responsabilité de l’État de les appuyer dans ce virage, car toute société démocratique repose sur la présence de médias qui agissent dans l’intérêt public », souligne Hélène Roberge.


Avec plus de 100 stagiaires qui arrivent sur le marché du travail chaque année, les enseignants en Communication dans les médias sont à même de constater l’évolution du milieu des médias en visitant leurs élèves. « Nous avons créé des partenariats importants avec les médias de partout au Québec pour les stages de nos étudiants. Cette proximité avec les journalistes professionnels nous permet d’adapter continuellement notre programme. On reconnaît ainsi la qualité de nos diplômés, car ils savent s’adapter à l’évolution rapide de ce domaine en pleine transformation », ajoute Hélène Roberge. La formation évolue rapidement et intègre des compétences liées au numérique dans les cours, notamment la baladodiffusion et le travail du journalisme multiplateforme.


La solution : l’éducation aux médias


Le Cégep de Jonquière souhaite faire partie de la solution pour permettre une information régionale de qualité, notamment en éduquant davantage la jeune génération, qui consomme gratuitement de l’information grâce aux réseaux sociaux. « Une des pistes de solutions que nous envisageons est d’expliquer aux jeunes, sous forme d’atelier, tout le travail qui se cache derrière une information de qualité : recherche, source fiable, collecte de faits et de données, analyse, mise en contexte et rédaction. Déjà, nous rencontrons à l’occasion des classes de niveaux primaire et secondaire pour en parler, mais nous souhaitons aller plus loin avec cette initiative. Plus tôt ils en seront conscients, plus tôt ils sauront reconnaître la valeur de l’information et celle des médias qui les entoure », précise Blaise Gagnon. La population pourrait également être visée par certaines interventions.


En tant que maison d’enseignement, le Cégep de Jonquière est disposé et motivé à contribuer à faire des jeunes et des concitoyens des personnes informées, en mesure de développer leur pensée et à prendre des décisions éclairées pour leur avenir et celui de la société.


Depuis 52 ans, plus de 10 000 jeunes de partout au Québec et d’ailleurs se sont inscrits pour suivre une formation en communication ou en télévision au Cégep de Jonquière. La formation en Journalisme est une référence incontestable et les diplômés ont contribué et contribuent toujours à faire des médias ce qu’ils sont aujourd’hui.

 

Photo :

De gauche à droite : Blaise Gagnon (enseignant et responsable de la coordination départementale), Hélène Roberge (directrice adjointe aux études et responsable des programmes en Art et technologie des médias) et Éric Arsenault (enseignant).