Cégep de Jonquière

Menu

Le Cégep s'invite dans le débat électoral

Le Cégep de Jonquière interpelle les candidats à l’élection provinciale et souhaite que les partis politiques se positionnent quant à son développement futur.

Plus grand établissement d’enseignement collégial au Saguenay – Lac-Saint-Jean, le Cégep de Jonquière mise sur trois projets majeurs afin de poursuivre son développement :

  • Obtenir le statut d’école nationale en Art et technologie des médias (ATM)
  • Construction d’un centre sportif
  • Recruter davantage d’élèves dans certains programmes pour contrer la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur industriel
École nationale en ATM

Le Québec a su se positionner avantageusement, notamment dans l’industrie du multimédia, et s’adapter à ce virage. Il s’est placé aux premières loges d’un marché francophone à l’avenir prometteur. Il doit s’assurer de consolider ses acquis et de les déployer davantage. C’est dans cette perspective que se présente la démarche de reconnaissance d’un statut particulier pour les programmes en ATM et pour l’expertise développée au Cégep de Jonquière. Cette démarche se veut un moyen d’assurer le plein potentiel de développement de ses créneaux d’excellence et de maintenir la place stratégique du Québec dans l’industrie nord-américaine et mondiale des communications. Ce contexte justifie que le mandat d’exclusivité accordé aux programmes de Techniques de communication dans les médias et de Techniques de production et de postproduction télévisuelles soit mieux reconnu au Québec et, en conséquence, que les ressources et les moyens de l’assumer y soient associés.

L’environnement d’apprentissage associé à ces programmes nécessite des investissements d’importance de façon à s’adapter aux technologies en constante évolution. Les plus récents travaux réalisés à l'été 2016 ont permis de créer un centre de données pour accueillir, entre autres, des équipements de production 4K (très haute définition). Au cours des cinq prochaines années, le Cégep prévoit investir entre huit et dix millions de dollars en équipements dédiés exclusivement à la pédagogie. Les étudiantes et les étudiants disposent donc d’équipements et d’un environnement exceptionnels pour développer leur expertise.

L’objectif fondamental de la reconnaissance d’une école nationale est de confirmer, de façon récurrente, le mandat spécifique de formation de base assumé par les programmes ATM dans le secteur des communications, de la télévision et du Web. En plus de lui confirmer son statut d’exclusivité à l’échelle du Québec, il lui assurerait une reconnaissance formelle auprès des entreprises du milieu, des universités québécoises et des établissements d'enseignement étrangers. De plus, il lui accorderait les moyens financiers associés à ses mandats et ses responsabilités.

L'école nationale se déploierait autour de quatre grands axes :

  1. Une formation initiale pluridisciplinaire répondant aux besoins de main-d'œuvre des entreprises
  2. Des programmes de perfectionnement de la main-d'œuvre adaptés aux besoins spécifiques d'entreprises et d'organismes tant au Québec qu'à l'étranger
  3. La recherche appliquée et le développement
  4. Une présence à l’échelle internationale

Les retombées économiques générées par les étudiantes et étudiants qui sont de l'extérieur de la région sont majeures pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean. Plus concrètement, ces élèves font leur épicerie, mettent de l'essence dans leur voiture ou utilisent les transports en commun, pratiquent des activités sociales, récréatives ou sportives et fréquentent les restaurants. Selon les évaluations du Cégep, leur présence représente un apport économique d'au moins cinq millions de dollars annuellement.

Construction d'un centre sportif

Depuis une vingtaine d’années, le Cégep de Jonquière compose avec des infrastructures sportives isolées les unes des autres. L'espace des plateaux d’entraînement est insuffisant, d’autres sont désuets ou inadéquats. La promotion des saines habitudes de vie a un effet d’entraînement. Le nombre de gens qui veulent accéder à des infrastructures sportives ne cesse d’augmenter et le Cégep de Jonquière est dans l’impossibilité d’offrir du temps d’utilisation supplémentaire à ses clientèles. Les infrastructures sportives ne répondent pas de façon optimale aux besoins des élèves-athlètes, des clubs sportifs présents sur le territoire et à la population de Jonquière et de la région.

Le projet vise à doter le Cégep et l’arrondissement de Jonquière d’un complexe sportif, évalué à 7 millions de dollars, composé de plateaux d’entraînement adéquats pour la population collégiale et environnante. Ainsi, le Cégep pourrait contribuer à fournir un milieu où il fait bon vivre en offrant des installations de qualité qui permettent la pratique d’activités physiques, sportives et de plein air. Cette infrastructure deviendrait également un laboratoire de recherche sportive qui pourra être utilisé dans le cadre de différentes analyses de performances, grâce aux équipements qui y seraient installés.

La nouvelle partie du complexe sportif, d’une superficie totale de près de 2 400 m2, comprendrait un nouveau gymnase double, une nouvelle salle d’entraînement physique, une salle multisport, une piste de course intérieure, deux vestiaires d’équipe, une salle de rangement et un laboratoire de recherche. Même si d’autres infrastructures sportives sont présentes près du Cégep, celles-ci sont inadéquates à la pédagogie, au développement des athlètes collégiaux et insuffisantes pour les organisations sportives locales et régionales.

Recruter pour contrer la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur industriel

Le monde du travail est en profonde mutation et les aspirations des jeunes se modifient au gré des générations. Ce contexte fait en sorte que la société québécoise fait déjà face à une rareté de main-d’œuvre et même une pénurie, et ce, dans des secteurs névralgiques de l’économie québécoise. Les entreprises de la région rencontrent présentement des difficultés de recrutement de main-d’œuvre qualifiée.

Le modèle d’adéquation formation-emploi développé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur établit un ordre de grandeur du nombre de personnes à former pour assurer, au Québec et dans ses régions, une main-d’œuvre en quantité suffisante. En fonction de ce modèle, aucun des programmes de techniques physiques offerts par le Cégep de Jonquière ne recrute suffisamment d’étudiants pour combler les besoins futurs du marché du travail à l’échelle régionale et provinciale. Les écarts entre l’offre et la demande de main-d’œuvre suscitent de graves inquiétudes en regard de la productivité dans plusieurs domaines de l’activité économique.